Les TCA, qu’est-ce que c’est ?


 « je ne pense qu’à manger »

« je ne supporte pas l’idée de grossir »

 » je serai heureuse quand je serai plus mince »

Définition :

  • On appelle troubles du comportement alimentaires (TCA) les conduites de restriction alimentaire obsessionnelle sans raison somatique (anorexie, orthorexie) et les conduites de compulsions alimentaires, accompagnées ou non de vomissements et autres conduites visant à annuler la prise alimentaire (boulimie, hyperphagie).
  • Ce qui caractérise le TCA, ce n’est pas le poids : c’est l’obsession du poids et/ou de la nourriture.
  • Sont concernées : quelques % de la population (on estime à 1% de la population des jeunes femmes le nombre d’anorexiques et à 5 % le nombre de personnes souffrant de TCA, soit plusieurs centaines de milliers de personnes). Ce sont à 90% des femmes, bien que le phénomène soit en train d’atteindre la population masculine. Le trouble est associé à l’adolescence : la plupart des personnes traités sont devenues anorexiques entre 14 et 17 ans, ce qui n’exclut pas les adultes de la population concernée puisque la maladie peut devenir chronique, et que le trouble peut aussi se déclarer lors de bouleversements ultérieurs de la vie : mariage, naissance, deuil, ménopause.
  • Il semble que le nombre de personnes concernées soit en croissance.

Des causes complexes et une origine multifactorielle :

Le TCA est le symptôme d’un profond mal être que la personne atteinte de ce trouble ne peut exprimer autrement.
L’origine de ces troubles est complexe sans aucun doute. Néanmoins pour « planter le décor », disons juste que le trouble du comportement alimentaire émerge à l’intersection de plusieurs facteurs :

  • des facteurs environnementaux (culte de la performance et de la perfection, négation de la mort et de l’ordre des générations, image du corps et culte de la jeunesse … ),
  • des facteurs familiaux (non dits, importance de la réussite, peu de place à la souffrance, difficulté à supporter le conflit…),
  • des facteurs personnels (dépendance extrême au regard de l’autre, manque d’estime de soi, …)
  • que un ou plusieurs évènements déclencheurs vont faire basculer vers le trouble.

Une véritable urgence psychologique :

Le trouble est un symptôme, qui manifeste le mal être sans le nommer. En ce sens, on peut dire que le symptôme vise à résoudre une souffrance devenue insupportable sans porter atteinte aux contrats ou aux loyautés familiales. C’est pourquoi il est si difficile d’abandonner le symptôme (voir le § sur le « Déni »).

Ce symptôme se révélant destructeur pour la santé de la personne qui en souffre, il importe que cette personne trouve d’autres façons de manifester sa souffrance.

Elle a souvent besoin de se faire accompagner pour cela car dénouer le symptôme n’est en aucun cas une question de volonté : cela signifie affronter une grande souffrance et dénouer des loyautés anciennes.

Pour pouvoir avoir des informations plus précises, il existe depuis mars 2012 une ligne d’information tenue par des médecins, des psychologues et des bénévoles d’association :

Anorexie-boulimie-info-écoute (Tél) :  0810 037 037